Journalistes reporters à ILSC Montréal

media et ecriture

media et ecriture

Les classes d’études des Médias et d’écriture d’ILSC Montréal ont collaboré pour réfléchir sur l’univers des médias (Presse écrite, radio, TV, web, réseaux sociaux, médias citoyens…). Voici un exemple de leur travail de réflexion et de cette belle équipe de journalistes-reporters!

ÉDITORIAL:

Nous sommes étudiants internationaux à ILSC Montréal. Notre but est d’apprendre le français et de faire connaissance avec la culture québécoise. Nous sommes l’union des classes de Médias et d’écriture.

D’abord, nous avons étudié la déontologie des médias québécois (cf: le Conseil de la Presse) afin que nous puissions la comprendre.

La déontologie est l’ensemble des règles et des devoirs qui régissent l’exercice d’une profession. Nous croyons que tous les médias du Québec doivent la suivre pour que les citoyens québécois soient précisement informés et pour qu’ils n’aient pas de mauvaise information. Nous avons fait une enquête sur ce que le québécois regardent, écoutent et comprennent dans les medias (presse, radio, tv, réseaux sociaux, web…) et ce qu’ils en pensent.

Selon nos recherches les montréalais préfèrent l’nformation politique, économique et internationale. Ils se méfient surtout des journaux nationaux parce que, selon eux, il y a manipulation de l’information par le gouvernement.

Dans cet éditorial, nous voulons montrer d’une manière neutre, les points de vues des montréalais que nous avons interviewés dans le Quartier du Vieux-Port de Montréal, en début d’après-midi, fin mai. Nous voulons accroitre nos connaissances de l’opinion québécoise concernant les médias. Pour cela, nous avons posé  des questions aux personnes de différents âges et origines en profitant du multiculturalisme québécois.

Nous avons constaté que la vie privée et la vie publique pour les montréalais doivent rester séparées parce que les affaires privées sont de l’ordre de l’intime. Par exemple, nous avons rencontré une personne qui ne se sent pas concernée par la consommation de crack du maire d’une ville bien connue puisqu’il fait bien son travail.
Une autre situation qui affecte la plupart des montréalais est le mauvais état des rues. En effet, ce problème est en partie lié à la corruption qui existe dans la construction. Finalement, nous pensons que la mise en place de notre équipe de rédaction est une bonne façon de s’informer de l’actualité locale ou internationale et de la partager avec les montréalais.

Voici un article que nous souhaitons vous présenter.

Notre Code de déontologie:

Afin que le travail de notre journal soit responsable, éthique et professionnel, les journalistes doivent suivre une ligne directrice bien définie.

Ils doivent avoir des droits pour avoir accès aux informations. Ils ont aussi la responsabilité de maintenir la confidentialité des sources. C’est le même principe pour le matériel journalistique.

En ce qui concerne la recherche et la collecte des informations, nous pensons que les professionnels doivent être libres de rechercher et de sauvegarder l’information sans menace ou représailles.

D’un autre côté, ils doivent être responsables dans les choix des informations en cherchant des sujets marquants et pertinents pour la société.

Sur l’accès à l’information gouvernementale, nous croyons que l’État doit respecter le principe de la transparence et alors faciliter l’accès aux documents publics. Nous défendons le droit des citoyens d’être renseignés sur tous les aspects publics. Nous reconnaissons par contre, le devoir éthique que nous avons d’être critique, objectif et neutre quand nous informons la société. Notre journal croit et defend les droits des journalistes d’avoir accès aux sources de façon responsible pour renseigner les citoyens du monde.

À propos des sondages dans notre journal, il seront construits à partir des sujets d’intérêts généraux et soumis à la population. On respectera les droits de la personne qui ne veut pas répondre ou si elle demande l’anonymat. La publication des résultats recueillis ne sera pas éditée ou manipulée en raison de l’audience.

En particulier, à propos des relations entre notre équipe de rédaction et les sujets relatifs aux Cours de Justice, nous pensons, malgré le caractère privé et souvent délicat de certains dossiers, que la presse aura le droit d’accès à toutes les questions judiciaires. Par contre, précisement, pour les mineurs et le droit des familles, notre corps journalistique portera l’attention sur une exposition modérée des parties.

Les journalistes ont le droit de faire de la publicité parce que celle-ci est utilisée comme un moyen de pression.

par Aline – América – Adriana

Comments

comments

Related posts

Top